Traversée de la Rade

mardi 26 août 2014
par  Michel Pomatto

Le 28 septembre 2014, le peuple genevois est appelé à se prononcer sur l’IN 152 qui demande une traversée de la Rade.


Un projet dépassé qui n’atteindra pas sa cible !

Le désir d’adapter la ville à la circulation en créant de grandes voies routières dans les quartiers urbains est né dans les années 60. Bien que cette conception de l’aménagement soit aujourd’hui obsolète, la traversée de la Rade renoue avec cette idée et fait fi de l’impact environnemental d’une telle construction.

Ce projet va à l’encontre de la politique mise en place ces dernières années pour diminuer le nombre de véhicules au centre-ville. Le choix a déjà été fait de développer et privilégier les transports publics, de construire une liaison ferroviaire Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse, de réaliser des P+R en périphérie et de favoriser la mobilité douce quand cela était possible. Il serait déraisonnable de changer d’avis alors que le CEVA est encore en construction et qu’une analyse sérieuse des répercussions de nos choix et actions sur la circulation n’est pas possible actuellement.

Un tunnel au centre-ville, en augmentant le nombre de véhicules qui transiteraient par la ville, ne ferait qu’engorger cette dernière. Le seul avantage serait de diminuer la circulation sur le pont du Mont-Blanc. Bien que favorable au projet, le TCS admet que des mesures d’accompagnement seraient incontournables pour éviter ce trafic supplémentaire et les méfaits occasionnés pour les habitant-e-s.

La seule issue possible pour diminuer les nombreuses nuisances du trafic motorisé en ville réside dans une réduction importante de ce trafic.

De plus, l’acceptation d’une traversée de la Rade, enterrera la possibilité d’une traversée du Lac dans le futur.


Une absurdité financière !

Les coûts d’une telle construction sont estimés à 1.5 milliard CHF, auxquels s’ajouteront les dépassements inévitables liés à ce type de réalisation. Les finances du canton de Genève, avec une dette d’environ 12.8 milliards, ne nous permettent pas d’envisager pour l’heure une telle dépense, alors que nous investissons déjà pour la réalisation du CEVA et que nous manquons de moyens pour rénover nos écoles et maintenir nos prestations sociales.

La Confédération a jugé mauvais le projet genevois de traversée de la rade pour désengorger Genève, de ce fait, elle ne participera pas à son financement. Le partenariat public/privé invoqué par les initiant-e-s semble irréaliste, la loi fédérale ne permettant pas d’introduire un péage routier.

Pour ces raisons, le financement d’un tel ouvrage est absurde et suicidaire pour notre canton.


PNG - 3.3 ko

Le 28 septembre 2014

Pour éviter un projet qui ne résout rien,

votons NON à l’initiative sur la traversée de la Rade !



JPEG - 101.2 ko
Télécharger l’affiche au format PDF (2.2 Mo)



Contact

+41 | 79 616 36 18

GIF - 1.1 ko


Une question ? Des remarques ou des suggestions ...

N’hésitez pas à me contacter  !